mardi 16 février 2010

Hadjer entre J Sturla et...Michel Mercier!!!!

10ème anniversaire du Conseil général des jeunes


Le Conseil général des jeunes à fêté ses 10 ans d'existence à l'Hôtel du département. J'ai eu l'occasion de partager ce moment avec Hadjer NEKKA, nouvelle élue au collège Georges Brassens de Décines. L'occasion m'est donnée d'indiquer que le travail mené par ces jeunes conseillers, lors de ce nouveau mandat, portera sur le bien vivre des collégiens dans leurs établissements.
Quatre commissions permettront d'échanger sur le bâti et l'équipement, les transports, les actions éducatives et la santé-prévention.
En partenariat avec «Le Moutard», des forums jeunes citoyens seront organisés au printemps dans chaque collège pour recueillir l'avis des collégiens.
L'objectif de cette démarche participative est d'être plus proche des préoccupations des jeunes.
Chacun sait que cette séquence dans le parcours éducatif d'un adolescent est souvent déterminante pour la suite de sa trajectoire individuelle. Au-delà des questions éducatives, l'environnement, les conditions matérielles et l'attention portée aux élèves sont des éléments qui comptent aussi pour favoriser la réussite scolaire et la socialisation d'un jeune.

vendredi 10 avril 2009

réponse de la "Présidence de la République"



Jacques David , DDEN Rhône a interpellé la "présidence" sur la qualité du travail scolaire des enfants Nekaa et leur grande volonté d'intégration....
La Réponse....cliquer sur la lettre

HELP! bonjour à tous , Faites un geste humanitaire

votre aide est importante ...........
Ci dessous "comment apporter votre contribution citoyenne" , et n 'hésitez pas à transmettre ce mail à plein de membres de votre famille ou amis des 4 coins de France..........
Objet : Demande de régularisation de la famille Nekaa : ( ces lettres sont des exemples, vous pouvez les personnaliser comme bon vous semble, ou simplement faire un un copier coller et les envoyer telles quelles:
aux adresse mails ci dessous copiées collées dans votre case "expéditeur" ou en simple courrier "papier" à Mr Le préfet du Rhône 106 rue Pierre Corneille 69003
et à chacun des membres de la préfecture cités ci dessous. ( plus il y aura de lettres , mieux ce sera)

mél ou courrier préfecture du rhône : Mr le préfet : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 49 38

mél ou courrier préfecture du rhône: au secrétaire général : rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 49 38
mél ou courrier préfecture du rhône au directeur de cabinet : michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 15 46
mél ou courrier préfecture du rhône au directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 41
mél ou courrier préfecture du rhône au sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr ou sylvia.legris@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 52
EXEMPLES:
Monsieur le Prefet,

Suite au reportage de France 2 sur la famille Nekaa, je vous écris pour vous faire part de mon indignation. Je suis choqué par le fait que des enfants puissent vivre cachés, en France, en 2009.
Je compte sur votre bienveillance pour reconsidérer avec humanité la situation de cette famille, et régulariser leur situation, afin de leur permettre de rester en France, d'étudier, de vivre en famille et de travailler.
Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations citoyennes.
ou ( un courrier + affectif...)
J'ai beaucoup d'affection pour Ismaïl, Brahim, Hadger, Aya et leurs parents ,
Ils ont un grand désir d'intégration,
Ils sont en danger dans leur pays,
L'ami musicien de Mr Nekaa s'est fait assassiner sous ses yeux,
je vous demande la régularisation de la famille Nekaa à titre humanitaire.
Au nom de la France dans laquelle j ai grandi , terre d asile, de tolérance, de liberté, de fraternité et ... d'égalité.
Je vous remercie.
etc etc etc
Merci de votre soutien.............

Nouvelle "arrestation" fin Avril ..Guerre d'usure...

Bonsoir à tous,
Le point sur la situation de la famille Nekaa suite à la réunion du samedi 4 avril.

>> Il nous semblait d'abord important de dialoguer avec le père de la famille au sujet des difficultés actuelles (intimidation de la police qui débarque au foyer et repart sans intervenir, l'absence de réponse de la Préfecture au sujet du dépôt de dossier du 3 décembre, le combat d'usure que cette même préfecture semble mener, les difficultés prochaines de logement puisque la famille va sans doute devoir quitter le foyer de Meyzieu,...) et nous voulions être bien sûrs que la volonté de la famille restait en accord avec les démarches entreprises par le comité : Mokhtar Nekaa nous a confirmé son souhait de poursuivre les actions pour obtenir la régularisation. Son inquiétude est grande, il est conscient des difficultés et du temps que cela prendra, mais il maintient que ses enfants scolarisés en France ont un passé ICI, un avenir ICI et pas ailleurs...
Voici donc les actions décidées par les personnes présentes ce jour pour poursuivre le combat au sujet de la demande de régularisation de la famille Nekaa :

- poursuivre la médiatisation : un reportage sur Canal Plus est possible, mais pour septembre. Nous allons tenter de donner suite à cette proposition en précisant un certain nombre d'exigences pour ne pas être pris au piège des médias qui se concentrent sur l'intérêt qu'a pris le sujet de la criminalisation de la solidarité.

- le maire de Meyzieu doit être à nouveau sollicité : il doit intervenir auprès de la préfecture. Un courrier signé par des citoyens de Meyzieu doit donc lui être envoyé afin qu'il prenne en compte l'émotion des gens qui ne comprennent pas la situation qui est réservée à cette famille.

- il faut relancer le Préfet : c'est pourquoi nous faisons parvenir un courrier type à lui transmettre. Chacun doit le faire parvenir à son entourage et demander à ce qu'il lui soit envoyé. Cela prend peu de temps. Des explications peuvent être données, les voici, avec le courrier type :

" Nous sommes de plus en plus inquiets sur le sort réservé à la famille Nekaa : ils vivent dans la terreur d'une arrestation. Le 2/04, la police est intervenue au foyer de Meizieu pour arrêter M. et Mme Nekaa. Les circonstances ont retardé l'échéance, mais il semble que la pression augmente.
Nous devons à nouveau agir pour obtenir la régularisation. Nous souhaitons que la médiatisation nationale (reportage sur France inter, France Culture, Libération, France 2, l'Humanité,...) soit désormais relayée par l'ensemble des citoyens du territoire français.

L'écriture de lettres auprès de la Préfecture est une arme : utilisons-là.

Nous comptons sur vous pour envoyer un courrier au préfet. Voici un modèle de lettre à envoyer" :

Objet : Demande de régularisation de la famille Nekaa
Monsieur le Prefet,
Suite au reportage de France 2 sur la famille Nekaa, je vous écris pour vous faire part de mon indignation. Je suis choqué par le fait que des enfants puissent vivre cachés, en France, en 2009.
Je compte sur votre bienveillance pour reconsidérer avec humanité la situation de cette famille, et régulariser leur situation, afin de leur permettre de rester en France, d'étudier, de vivre en famille et de travailler.
Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations citoyennes.



Longue attente...Michèle Hautois


Bonjour,
Voici quelques nouvelles de la famille Nekaa.
Vendredi 20 février la brigade de gendarmerie de Perrache est venue au foyer faire un contrôle dans le cadre de la procédure des déboutés du droit d'asile. En clair, procéder à une arrestation dans le cas où la famille n'aurait pas pu présentée de papiers. Les gendarmes n'étaient pas au courant de la situation administrative de la famille.
Ils ont été informés que la famille était protégée par la procédure de recours à l'OQTF. Après avoir pris contact avec la Préfecture, ils ont demandé les certificats de scolarité des enfants et les certificats de travail de Mr Nekaa.
Pour quelles raisons la préfecture les a -t-elle chargés de demander ces papiers ?
Est-ce pour localiser les établissements scolaires des enfants ? Auquel cas la vigilance doit être de mise au collège Brassens, l'école René Cassin et au LEP Camille Claudel.
Est-ce pour brouiller les pistes et ne pas faire savoir qu'un risque d'arrestation a bien eu lieu le vendredi 20 février ?
En résumé, la famille est toujours en danger. L'attente du résultat de la justice et de la prétéfecture se fait longue. Les parents ne sortent plus du foyer de peur d'être arrêtés. Monsieur Nekaa est démoralisé de ne pas travailler depuis 6 mois. Il est cloitré dans sa chambre toute la journée.

Au niveau ressources, ils ne bénéficient plus de l'aide de la MDR, ni de la DASS.
Ils ont recours au secours pop et au resto du coeur où ils se procurent les denrées de base.
Mais la situation est difficile. Des locataires du foyer leur donnent de temps en temps des tickets de nourriture. Toute initiative serait bienvenue pour améliorer leur quotidien.
Les enfants vont bien apparemment, ils font face, ils sont très courageux.
Aya est très souriante.
Il est temps que cette situation trouve un dénouement heureux.

Vincent DUPUY

samedi 14 mars 2009



société : Article paru
le 12 mars 2009

Enfants traqués, familles éclatées

Rhône . Réseau Éducation sans frontières ne supporte plus de devoir cacher des enfants pour leur éviter l’expulsion et dénonce la « casse des familles ».

« Tous les deux jours, nous changeons de famille, explique Hadger. Nous sommes séparés de nos parents parce que la police peut venir n’importe quand nous embarquer. Nous vivons donc chez d’autres gens. C’est très dur et c’est injuste. Les enfants ne devraient pas être séparés de leurs parents. Mais j’ai moins peur que si je restais avec eux. » Hadger a quinze ans, comme Brahim, son jumeau. Ismail aura dix-huit ans dans quelques jours et Aya a sept ans. La famille Nekaa, algérienne, se cache. Le préfet du Rhône a refusé de renouveler le titre de séjour du père, titre qu’il avait obtenu pour raison de santé pendant un an et demi. Il a travaillé pendant treize mois à la mairie de Meyzieu. Les quatre enfants sont scolarisés, l’aîné dans un lycée lyonnais, les jumeaux au collège à Décines et la cadette est en CP à Meyzieu.

Autre inquiétude pour le réseau lyonnais : la situation d’Alexandre Mkrtichyan, qui a refusé d’embarquer avant-hier, de ses deux enfants nés en France et de sa femme. Arménien dont la famille a été décimée en Géorgie, l’homme avait tout à craindre d’un retour dans ce pays, d’autant que son état de santé demande un suivi spécialisé qu’il n’est pas en état de fournir, de l’avis même du médecin de la direction des Affaires sociales.

Cette vie décousue, désorientée, cette vie cassée est aussi celle de Rosani Sunil et de son fils Samir, six ans, qui se cachent depuis octobre 2008 et leur sortie du centre de rétention de Lyon. Samir a vécu des traumatismes qui ne peuvent être soignés au Sri Lanka et la préfecture du Rhône se base sur la première arrivée de Rosani en Europe pour vouloir la renvoyer en Grèce, « où tout le monde sait que le droit d’asile n’est pas reconnu et qui la renverra sans étudier la situation », expliquait, hier, en conférence de presse, les représentants de RESF, à l’hôtel de ville de Décines où les accueillait le maire socialiste, Pierre Crédoz.

Le comédien Franck Pitiot en appelait à la mobilisation de ceux qui peuvent se servir de leur notoriété, tandis que l’écrivain Pierre Péju lançait un appel à la vigilance : « Nous sommes à un tournant, disait-il. Avec ce qui se passe à Calais, avec la mise en cause de professeurs, de retraités, de gens tout simples, le gouvernement veut criminaliser la solidarité de gestes humains tout à fait naturels. Il faut un grand mouvement citoyen pour empêcher cela… »

Émilie Rive

vendredi 13 mars 2009

Article Lyon Libération

12/03/2009

Sans-papiers : des enfants cachés sortent de l'ombre

IMMIGRATION - Vincent Lindon était invité. Il serait bien venu, mais il n'a pas pu. Trop occupé par la promo de Welcome. A l'heure de la sortie du film de Philippe Lioret, consacré au sort des clandestins de Calais, le Réseau Education Sans Frontières (RESF) de Lyon attirait l'attention, hier, sur la "situation insupportable" de plusieurs familles de sans-papiers cachées dans l'agglomération lyonnaise. Dans la salle du conseil municipal de Décines, deux de ces familles étaient là, entourées de ceux qui, depuis des semaines, se mobilisent et les abritent pour éviter leurs expulsions...

"Injustice". Au premier rang, la famille Nekaa écoute silencieusement les militants de RESF, les élus de gauche et les artistes (le comédien Franck Pitiot et l'écrivain Pierre Péju), qui dénoncent une "politique de l'immigration inhumaine et indigne." Depuis le 22 janvier, Mokhtar Nekaa, sa femme et leurs quatre enfants, âgés de 6 à 18 ans, ne se voient plus beaucoup. Ils vivent séparés, cachés, ballotés d'une famille à l'autre, pour éviter une arrestation collective. Arrivés d'Algérie en 2004, les Nekaa sont expulsables depuis le mois d'août dernier. Le titre de séjour accordé pour raisons de santé à Mokhtar, après un accident cardiaque, n'a pas été renouvelé et les demandes d'asile, rejetées. Pourtant Mokhtar se dit menacé dans son pays. Hadger, l'une de ses filles, 15 ans, raconte calmement sa peur de vivre cachée "toute la vie". Elle désigne Aya, sa soeur cadette, 6 ans, qui ne va plus à l'école accompagnée par sa maman. Trop risqué. "C'est normal ça ? C'est pas une injustice, ça ?", demande-t-elle.

Une cinquantaine de personnes ont formé un comité de soutien. Ils sont enseignants, parents d'élèves des écoles où sont scolarisés les enfants Nekaa, ou élus. Vincent Dupuy fait partie de cette "chaîne humaine" protectrice. En aidant ces famille, explique-t-il, il "refuse simplement de renier [s]a condition d'humain." La loi dit qu'il risque cinq ans de prison et 30 000 euros d'amende.

Relâchée de justesse. A quelques mètres des Nekaa, Rosani couve son petit Samir du regard. Elle est Sri lankaise, Cingalaise originaire d'une région tamoule. Elle se dit, elle aussi, persécutée là-bas. Elle a fui son pays avec son fils de 6 ans. Une première fois en 2004, elle croit arriver en France, elle est en Grèce. Retour au Sri Lanka. Elle reprend le chemin de l'exil une deuxième fois, l'an dernier. Après quarante-cinq jours de bateau, elle atteint enfin la France, où elle pense trouver des médecins pour soigner son fils, atteint de troubles cérébraux. Elle a perdu ses papiers au cours du voyage. Après quelques mois, elle est placée au centre de rétention de Lyon Saint-Exupéry. Elle est finalement relâchée de justesse, grâce à l'intervention de son avocate, qui pointe l'absence d'interprète dans la procédure administrative.

Terrés dans leur clandestinité, Mokhtar et Rosani espèrent aujourd'hui une régularisation, qui ne vient pas. Hier, deux pères, l'un Bosniaque, l'autre Géorgien, n'étaient pas là pour témoigner. Retenus au centre de Lyon Saint-Exupéry, ils peuvent être embarqués dans un avion à tout moment, en laissant leurs familles derrière eux. Commentaire d'une militante de RESF : "Non seulement Eric Besson (ministre de l'Immigration) mérite le titre de ministre de la rafle et du drapeau, comme son prédécesseur, mais aussi le titre de ministre de la casse des familles."

Alexis de LA FONTAINE


suivre ce lien: http://www.libelyon.fr/

"La traque aux clandestins ne règle pas la question des flux migratoires ...»




Michèle Hautois

Texte de l' article de presse du précédent message ...

Ils ont été 1700 signataires de la pétition adressée en préfecture pour la régularisation de la situation de la famille Nekaa.Hier le maire Pierre Crédoz accueillait les membres de Réseau éducateurs sans frontières (RESF) pour une conférence de presse réunissant de très nombreux invités des mondes politique et associatif

ainsi que les parrains et marraines et le comité de soutien de la famille autour de Vincent Dupuy ,président. Le maire précisait la situation du couple Nekaa et de ses quatre enfants dont deux sont scolarisés à Décines.

Après le rejet de la demande examinée le 3 février par le Tribunal administratif, cette famille est expulsable

et le premier magistrat a souligné « la gravité des menaces et le caractère inhumain d'une telle situation » et a réaffirmé « le refus d'une politique d'immigration inhumaine et indigne en opposition avec les valeurs de la République » Cette conférence fait suite au parrainage républicain d'Ismaïl, Adger, Brahim, et AYA Nekaa célébré le 31 janvier dernier. Mireille Peloux de RESF rappelé les actions du réseau envers les deux autres familles, dont celle du jeune Samir, auxquelles on inflige également « cette volonté de détruire qui laissera aux enfants les traces de leur histoire ». Pierre Péju, écrivain, souhaitait voir « élargir les soutiens car on assiste à la criminalisation du geste humain et les citoyens qui aident ses familles prennent aujourd'hui des risques assumés » Franck Pitiot , acteur a souhaité devenir le parrain de Samir, à la mairie du 1er arrondissement de Lyon et Grégoire Simon, musicien des Têtes Raides, absent , avait envoyé un message de soutien à ces familles qui ont fui leur pays . « Cette fuite est déjà un arrachement auquel on ajoute un certificat de non-existence, reniant les principes du pacte républicain qui nous impose pourtant d'assister et non de rejeter des enfants et des familles en danger ». Jacky Darne, ancien maire de Rillieux, premier secrétaire de la fédération Rhône du PS, Jean Pierre Brunel du PC, Odette Garbrecht, conseillère générale socialiste ont apporté leur soutien et Farida Boudaoud, adjointe au maire de Décines et secrétaire national du PS aux droits de l'homme affirmant sa « totale solidarité avec ces citoyens et ces élus courageux. Le réalisme consiste à comprendre que la traque aux clandestins ne règle pas la question des flux migratoires ».

Sur la photo de l' article :

Hadger a pris la parole pour remercier sous le regard de ses frères et sœur et de ses parents.

Texte et Photo de l' article précédent: Michèle Hautois.

mercredi 11 mars 2009

Welcome to les enfants caches.

Welcome to les enfants caches.
Vidéo envoyée par MrKaplan

Reportage France2 Journal 13h du 11 mars 2009 sur le Comité de soutien famille Nekaa menacée d'expulsion.

dimanche 8 mars 2009

petition en ligne

N'oubliez pas de signer la pétition en ligne afin de contribuer à apporter protection et soutien à la famille Nekaa...
Merci



cliquer ci dessous pour aller directement vers la pétition....

http://www.educationsansfrontieres.org/article17592.html

vendredi 6 mars 2009

Bientôt une médiatisation nationale…..

Michèle Hautois
Cliquer sur l'image pour agrandir le texte.......

mercredi 4 mars 2009

"pour vivre libres...." de Christian.

Sujet : Préparation de la conférence de presse de mercredi 11 mars 2009






Bonjour,
En prévision de la conférence de presse, du mercredi 11 mars à 11h à la MAIRIE de Décines, nous préparons un dossier de presse à l'adresse des médias nationaux qui sera envoyé en fin de semaine.

URGENT !
Nous élaborons un recueil de témoignages de soutien. Il s'agit d'exprimer simplement en quelques mots les raisons de votre soutien à la famille Nekaa. Vous pouvez le signer de vos initiales si vous ne souhaitez pas que votre nom apparaisse.



Pourquoi je soutiens la famille Nekaa ?




Vous pouvez faire apparaître votre témoignage en publiant un commentaire ci dessous.


Cordialement
Vincent DUPUY


En cliquant sur "commentaires" vous accéderez à tous les commentaires déja écrits....

Communiqué de presse sur la réunion du comité Nekaa du 4/03/09


Citoyens, professeurs, parents d’élèves, Elus, représentant de la Municipalité de Décines et de Réseau Education Sans Frontière Rhône se sont réunis pour réaffirmer leur volonté de protéger la famille Nekaa qui vit toujours dans la peur d’une arrestation. Famille parrainée par des élus et des citoyens à la Mairie de Décines le 31 janvier 2009. Nous avons discuté de la mise en place d’une action forte pour médiatiser nationalement la situation insupportable de ces enfants qui doivent vivre cachés. A cette fin plusieurs personnalités ont été contactées et déjà de nombreuses volontés nous ont apportées leur soutien.

Pour le comité Nekaa

Vincent DUPUY

lundi 2 mars 2009

HADJER 15 ans , fille ainée du couple NEKAA.

C'est depuis 2ans que je suis en France. J'ai appris à parler français c'était un peu dur mais j'ai réussi et maintenant je suis en 5e. Mercredi je suis rentrée chez moi après le sport et c'est là que j'ai su qu'on allait se faire arrêter le lendemain ou le soir même, on avait tous peur.

J'aimerais rester en France parce que si je retourne en Algérie je vais refaire toute ma scolarité depuis la 6e. Je souhaiterais aussi rester en France pour pouvoir faire des bonnes études parce qu'en Algérie on a pas les moyens pour y aller et pour que mon père puisse se soigner car il a eu un infarctus du myocarde et il doit prendre un traitement à vie qui ne peut pas se procurer en Algérie car c'est trop cher. Je voudrais rester aussi pour faire du sport parce que dans mon pays c'est trop cher pour que je puisse en faire.

Ça me fait plaisir si je peux rester en France et avoir des papiers.


Hadjer Nekaa



Texte lu par Hadjer au moment du parrainage en Mairie

Le 4 Février 2009: Audience au Tribunal Administratif...


de Michèle Hautois



Cliquer sur l' article pour pouvoir le lire....


Un grand merci à Michelle Hautois pour tous ses articles de presse dans le journal du Progrès.

Edito du Maire Pierre Crédoz


cliquer sur le texte pour le lire....

A voir dans le Décines Magazine de Février 2009

Décines Magazine: le parrainage encore et encore...

Cliquer sur l'image pour l agrandir....



La Mairie de Décines et Monsieur le Maire Pierre Crédoz très investis dans ce parrainage.


Merci à Béatrice Moderne pour avoir réussi à organiser ce parrainage aussi rapidement!

La Mairie de Décines s'implique dans le soutien de la famille NEKAA


Cliquer sur l'article pour mieux le lire et ouvrir le lien ci dessous pour lire l'article que Jérôme Sturla a écrit:

http://www.jeromesturla.fr/index.php?2009/02/03/97-solidarite-avec-la-famille-nekaa-laissez-les-grandir-ici



La Mairie de Décines 69150 .Liberté Egalité et Fraternité: le Samedi 31 Janvier 2009:


Arrivée des Citoyens décinois pour le parrainage républicain.


Merci au CADIS ( aide alimentaire) :
- à Dominique Lahalle Adjointe aux Solidarités, responsable du CADIS , pour sa générosité et sa disponibilité.

Myriam Belafekir du CADIS: association gérée par un comité de présidence dont elle fait aussi partie .

- ainsi qu'au personnel du Cadis..........

Article "bloc note" du journal le Progrès du 30 Janvier 2009


Manifestation en lien avec RESF le jeudi 29 Janvier 2009, annonce par la presse du parrainage civil des enfants NEKAA.

Cliquer sur l'article pour pouvoir le lire...

dimanche 1 mars 2009

Famille NEKAA : Calendrier et Historique


Monsieur et Madame NEKAA et leurs 4 enfants : Ismaïl né le 24.03.1991, scolarisé au LEP Camille Claudel à la Croix Rousse, Brahim et Hadjer, nés le 19/03/93
scolarisés au collège Georges Brassens à Décines, et Aya, née le 5/07/02, scolarisée à l'école René Cassin à Meyzieu en CP.


SITUATION ADMINISTRATIVE :


Monsieur Nekaa est entré en août 2004 en France avec un visa pour faire une demande d'asile suite à des menaces de mort qui lui sont adressées par des extrémistes religieux. Il est peintre de profession. Il est également musicien, il chante et joue dans des réceptions festives : mariages etc. C'est la raison pour laquelle il est menacé et qu'un de ses amis musicien est assassiné.

Lors de son séjour en France, il fait un infarctus du myocarde et il subit une opération à l'hôpital Cardio de Lyon. Il doit désormais prendre un traitement à vie.

Il retourne ensuite auprès de sa famille en Algérie mais il ne peut se procurer le traitement médical dont le coût est trop élevé.

Il revient en France en juin 2006 avec ses 4 enfants.

En février 2007, il obtient un récépissé à titre médical de trois mois, dans le cadre des accords Franco algérien de 1968, qui sera renouvelé jusqu'au mois de juillet 2008.


Le 8 juillet 2008, la famille reçoit une Obligation de quitter le Territoire.

En septembre, les enfants scolarisés au collège,
Brahim et Hadjer informent leurs professeurs qu'ils risquent d'être arrêtés. Un comité de soutien regroupant professeurs, parents d'élèves et citoyens se met en place.


26 août 2004

1ère demande d'asile à l'OFPRA

13 décembre 2004

Rejet de la demande d'asile

18 décembre 2004.

Le papa est opéré d'un infarctus du myocarde à l'hôpital Cardio de LYON

5 janvier 2005

Départ en Algérie

3 juin 2006

Retour en France du papa

5 juin 2006

Arrivée en France de la maman et des 4 enfants

7 juin 2006

Le papa veut déposer une nouvelle demande d'asile mais la préfecture du Rhône dit ne pas être au courant du rejet de l'OFPRA. Le dossier serait encore en instruction.

Septembre 2006

Brahim et Hadjer sont scolarisés au collège G. Brassens à Décines en classe d'accueil.

14 février 2007

Le papa se fait délivrer un récépissé de 3 mois « à titre médical ».

Septembre 2007

Brahim et Hadjer continuent leur scolarité au collège Georges Brassens en Classe de 6ième.

8 juillet 2008

Obligation de Quitter le Territoire Français.

12 juillet 2008

La préfecture refuse de renouveler le récépissé

Dépôt d'un recours à l'OQTF par Maître GUERAULT.

Septembre 2008

Brahim et Hadjer continuent leur scolarité au collège Georges Brassens en Classe de 5ième.

Brahim et Hadjer informent leurs professeurs qu'ils risquent d'être arrêtés. Un comité de soutien se met en place. Une campagne de pétition est mise en place.

Octobre 2008

L'Avocat attend une date de convocation au tribunal administratif.

Le comité de soutien remet le 15 octobre lors d'une entrevue en préfecture une copie des 500 signatures, des attestations de parents d'élèves et de professeurs. Le Réseau Education sans Frontière relais l'action du comité de soutien au niveau départemental.

25 novembre 2008

Le papa doit passer une radio du cœur à l'hôpital cardio.

Mercredi 3 décembre, à la suite d'une manifestation départementale du Réseau Education Sans Frontière qui est partie de la place des Terreaux, une délégation est reçue à la préfecture pour remettre 50 dossiers de familles sans papiers et demander leur régularisation. Parmi ces dossiers figure celui de la famille Nekaa.

4 décembre 2008

Le papa va se faire opérer des yeux à l'hôpital Grange Blanche.

Jeudi 22 janvier 2009

La famille échappe à une arrestation.

Le comité de soutien prend moralement et concrètement la famille Nekaa sous sa protection.

Mardi 3 février 2009

La famille Nekaa passe au Tribunal Administratif qui va statuer sur le recours à l'OQTF.


Le mercredi 28 /01/ 2009 la presse médiatise une pétition du comité de soutien NEKAA suite à une tentative d’arrestation de la famille.


cliquer sur l'article de presse afin de pouvoir le lire....

Sur le site de RESF si vous n'avez pas encore signé la pétition de soutien....

Le lien ci dessous vous permettra d'aller signer la pétition en ligne sur le site de RESF:

http://www.educationsansfrontieres.org/article17592.html


Ci dessous le texte et l'exemple de la pétition en ligne.............................


Pétition au préfet du Rhône

Urgence !

Jeudi 22 janvier 2009, la famille Nekaa a échappé à une arrestation.

La famille NEKAA, Monsieur, Madame et leurs enfants, Ismael, né le 24.03.91, ( scolarisé au LEP Camille Claudel de la Croix Rousse), Hadger et Brahim, nés le 19.03.93, (scolarisés au collège Georges Brassens à Décines) et Aya née le 5/07/02 (scolarisée en CP à l'école René Cassin de Meyzieu), est arrivée en France en juin 2006.

Les demandes d'asile ont été refusées malgré des menaces en Algérie.

Par contre Monsieur Nekaa a eu un titre de séjour pour raison de santé pendant 1 an et demi. Il a travaillé 13 mois pour la Mairie de Meyzieu. En juillet 2008, son titre de séjour n'a pas été renouvelé malgré la nécessité de soins.

Par ailleurs, les enfants font preuve d'une parfaite intégration et d'une totale maîtrise du français.

Aujourd'hui, pour éviter une arrestation, nous en sommes réduits à

« cacher » cette famille, à ne pas la laisser se déplacer ensemble.

Les enfants doivent pouvoir grandir sans être cachés, vivre au grand
jour comme n'importe quels enfants.
Nous déclarons prendre, moralement et concrètement, sous notre protection Ismael, Brahim, Hadger, Aya et leurs parents.

NOM PRENOM

ADRESSE

Fonction et Signature

Nous demandons la régularisation de la famille Nekaa à titre humanitaire.

samedi 28 février 2009

L’itinéraire de la famille Nekaa



L'itinéraire de la famille Nekaa ou le rêve d'une intégration réussie !


Une banale histoire de sans papier ?

Un papa algérien qui vient en France demander le droit d'asile en France en 2004 car il est menacé par des extrémistes religieux en tant que musicien.

A son arrivé, il tombe malade, il est victime d'un infarctus du myocarde et doit se faire opérer à Lyon. Désormais il doit alors suivre un traitement à vie.

Il retourne en Algérie mais reviendra en France en juin 2006 avec ses 4 enfants et sa femme car les soins sont inaccessibles pour lui dans son pays. Il bénéficie alors d'une régularisation à titre médicale dans le cadre des accords franco algériens de 1968.

La famille est désormais dans une perspective d'intégration, un réel projet de vie se dessine : le papa trouve un travail et les enfants Ismaïl, Hadjer, Brahim et Aya sont alors scolarisés.

Les enfants apprennent rapidement le français, ils aiment l'école, ils aiment la France. Brahim et Hadjer se prennent au jeu de la réussite scolaire et ont des projets d'études longues. Par ailleurs, ils sont particulièrement investis dans les associations sportives de leur établissement comme l'attestent leurs professeurs pour la préfecture. Hadjer participe au championnat départemental de tennis de table.


Juillet 2008, la fin d'un rêve ?

La famille reçoit une obligation de Quitter le Territoire Français, le titre de séjour n'est pas renouvelé. Le papa ne peut plus travailler. Tout va alors très vite.

Les enfants paniqués informent leurs profs à la rentrée scolaire 2008 d'un risque d'expulsion.

Un comité de soutien se met en place avec des parents d'élèves, des professeurs et des citoyens de Décines auquel les enfants participent activement. Ils l'ont vite compris, il s'agit de leur vie, de leur avenir. Brahim lui veut être juge. Il faut qu'il reste en France pour poursuivre ses études.

Une campagne de signature de pétitions est entreprise et des attestations montrant la volonté d'intégration des enfants sont rédigées par leurs professeurs, des parents et des camarades pour demander la régularisation de la famille.

En lien avec le Réseau Education sans Frontière, le dossier de la famille est présenté à deux reprises à la préfecture dans le cadre d'une délégation.


Un rêve tenu à bout de bras.

Le 22 janvier à la suite d'une arrestation manquée, le comité de soutien décide de prendre moralement et concrètement la famille Nekaa sous sa protection. Une nouvelle campagne de pétitions se met en place. La municipalité de Décines appuie sans réserve une demande de parrainage des enfants qui aura lieu le samedi 31 janvier à 11h30.

De l'avis des personnes qui côtoient ses enfants, leur sens de la citoyenneté, l'énergie et les capacités d'adaptation qu'ils mettent en œuvre pour réussir en feraient sans doute des exemples, s'ils avaient des papiers. Ils sont une chance pour leurs camarades, leurs professeurs, leur entourage, notre pays.


Mardi 3 février2009, le Tribunal Administratif de Lyon statuera sur le recours à l'OQTF déposé par l'avocat, à 10h30, 184 rue Duguesclin à LYON.


Vincent Dupuy